Harmoniser les programmes et activités de détection et de suivi d'espèces aquatiques envahissantes et identifier les lacunes

Contexte et description du projet

Plusieurs participants et collaborateurs au Plan d’action Saint-Laurent mènent des activités de détection et de suivi de la propagation d'espèces aquatiques envahissantes. Bien qu’efficaces et absolument utiles, ces activités n’en présentent pas moins certaines lacunes, notamment au chapitre des territoires couverts : tous les secteurs géographiques ne sont pas analysés, certains habitats particuliers échappent à la vigilance et toutes les espèces envahissantes ne sont pas suivies. L’objectif de ce projet est d’harmoniser les efforts de façon à déterminer les lacunes et à les combler par l’élaboration de programmes et d’activités complémentaires.

Ainsi, les partenaires du PASL élaboreront un programme de détection des invertébrés d’eau douce de même qu’un programme de détection des plantes aquatiques envahissantes susceptibles d’être introduites au Québec. Ces programmes seront ensuite testés, et un suivi du programme sur les invertébrés d’eau douce sera amorcé pour se poursuivre au cours des années subséquentes. En plus des ministères impliqués, plusieurs groupes sont susceptibles de participer au projet, dont Stratégies Saint-Laurent, des comités ZIP et des collaborateurs universitaires.

Résultats

Détecter rapidement les espèces aquatiques envahissantes (EAE) lorsqu’elles arrivent dans le Saint-Laurent est crucial afin de limiter leur propagation. À cette fin, des protocoles d’analyse d’ADN environnemental ont été développés afin de faire le suivi des EAE marines et d’eau douce. L’analyse d’ADN environnemental est un outil de détection prometteur et encore peu utilisé. Elle permet d’identifier les espèces qui se trouvent dans un cours d’eau en y détectant la présence de leur ADN. Les diverses activités menées dans le cadre de ce projet ont permis de faire de nouvelles observations d’EAE, tout en élargissant les zones surveillées et/ou en ajoutant de nouveaux secteurs de surveillance. Par exemple, les scientifiques ont découvert que la tanche, un poisson exotique d’eau douce, a fait son apparition dans le fleuve et est maintenant présente jusque dans le lac Saint-Pierre. Afin de détecter rapidement les EAE dans le Saint-Laurent, plusieurs acteurs participent à des réseaux de surveillance et de détection précoce.

La phase 2016-21 du PASL permettra de poursuivre les travaux amorcés. Au final, cela conduira à l’amélioration de la surveillance et de la détection hâtive des EAE grâce à de nouveaux outils, et ce tout en continuant d’agrandir le territoire sous observation.

Ministères participants

Gouvernement du Canada

  • Environnement et Changement climatique Canada
  • Pêches et Océans Canada

Gouvernement du Québec

  • Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs
  • Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation