Historique

Les années 70 

Les préoccupations à l’égard du Saint-Laurent ne datent pas d’aujourd’hui. Dès le début des années 1970, la qualité de l’eau du Saint-Laurent se trouve au cœur des débats. Les constats se multiplient sur les restrictions qu’impose la pollution bactériologique et toxique à la récupération des usages et à l’utilisation du fleuve à des fins économiques, sociales et environnementales.

En 1972, le Groupe de travail Canada-Québec sur le fleuve Saint-Laurent reçoit le mandat de dresser un portrait de la situation. Le Groupe constate que les usages récréatifs autant que les usages fauniques et commerciaux sont menacés par la pollution des eaux. Déjà à cette époque, l’effort concerté semble nécessaire à la résolution des problèmes recensés. En 1978, un deuxième comité fédéral-provincial d’études sur le Saint-Laurent est constitué. Celui-ci recommande la mise sur pied de plans d’intervention visant à garantir une eau potable de qualité, l’assainissement des eaux usées municipales et une réglementation adéquate concernant les rejets industriels.

1988 : Les débuts du Plan d’action Saint-Laurent 

En 1988, les gouvernements du Canada et du Québec entament un travail de collaboration avec divers collaborateurs afin de conserver, restaurer, protéger et mettre en valeur le Saint-Laurent. Depuis cette date, et toujours dans le même esprit, quatre ententes quinquennales ont permis de coordonner les interventions gouvernementales sur le Saint-Laurent. 

Des résultats concrets

Cette collaboration Canada-Québec a permis d’atteindre de nombreux résultats environnementaux. Au fil des phases du Plan d’action Saint-Laurent, le champ d’action des gouvernements du Canada et du Québec s’est adapté aux réalités inhérentes aux enjeux du Saint-Laurent.. Les réalisations, les résultats et le détail des investissements des partenaires des différentes phases du Plan Saint-Laurent sont disponibles dans les rapports quinquennaux :