Le Saint-Laurent

Le système hydrographique du Saint-Laurent, incluant les Grands Lacs, figure parmi les plus importants au monde. Sa superficie de 1,6 million de kilomètres carrés le classe au 3e rang en importance en Amérique du Nord, après ceux du Mississippi et du Mackenzie. Il draine plus de 25% des réserves mondiales d’eau douce et influence les processus environnementaux du continent nord-américain. Des Grands Lacs à l’océan Atlantique, le Saint-Laurent s’étend sur quelque 1 600 kilomètres et c’est quelque 60% de la population québécoise qui vit sur ces rives. Il traverse le Québec d’ouest en est et recueille les eaux de 244 affluents.

La ville de Québec surplombant le Saint-Laurent

Le Saint-Laurent constitue également un écosystème unique d'une grande richesse biologique. De nombreuses espèces d’oiseaux, de poissons et de plantes y vivent. Cet  écosystème est d’ailleurs reconnu mondialement. Cette reconnaissance se traduit par ses quatre zones humides d’importance (RAMSAR), sa Réserve de la biosphère reconnue par l’UNESCO, soit le lac Saint-Pierre, et son site du Patrimoine mondial de l’UNESCO, le Parc de Miguasha. De même, le Saint-Laurent, son littoral et ses 600 îles comptent plus de 500 sites d’aire protégée, soit 20% des sites d’aire protégée du Québec.

Tronçon fluvial, estuaire et golfe 

Le Saint-Laurent est beaucoup plus qu’un simple fleuve, car il comprend trois portions distinctes. 

  • Un tronçon fluvial, qui débute à Kingston (Ontario) et se termine au lac Saint-Pierre, près de Trois-Rivières (Québec). Ce tronçon est composé d’eau douce et il est dépourvu de marées. Ce tronçon comporte trois élargissements où les processus écologiques et le type d’écoulement font en sorte qu’on leur attribue le toponyme de « lacs fluviaux »  Ce sont les lacs Saint-François, Saint-Louis et Saint-Pierre.
  •  

  • Un estuaire, zone de contact entre le fleuve et le golfe, qui se subdivise en trois secteurs : 
    • un estuaire fluvial, aussi appelé l’estuaire d’eau douce, débutant au lac Saint-Pierre, près de Trois-Rivières et se terminant à la pointe est de l’île d’Orléans, dans la région de Québec. Ce secteur est soumis aux marées. Les eaux douces qui y coulent proviennent des Grands Lacs et de nombreux tributaires. 
    • un estuaire moyen, aussi appelé l’estuaire d’eau saumâtre, débutant à la pointe est de l’île d’Orléans et se terminant, sur la rive Nord, à l’embouchure du Saguenay et, au Sud, à la pointe ouest de l’île Verte. C’est le lieu de rencontre des eaux douces du fleuve et des eaux salées du golfe. 
    • un estuaire maritime, débutant à Tadoussac (Québec) et se terminant à Pointe-des-monts. Ce secteur est aussi le point de départ du chenal Laurentien, canal naturel d’une grande profondeur qu’empruntent les eaux salées, denses et chargées de nutriments en provenance de l’Atlantique.
  •  Un golfe, véritable mer intérieure reliée à l’Atlantique,  baignant la Côte-Nord (Havre-Saint-Pierre, Sept-Îles, Baie-Comeau) et l'île d'Anticosti; et au sud, la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine. Le golfe se déverse dans l’océan Atlantique. Il est composé d’eau salée.