Évaluer le risque écotoxicologique et le risque pour la santé de sites de sédiments contaminés, dans le cadre de projets de restauration

Contexte et description du projet

Plusieurs sites dans le Saint-Laurent comportent des sédiments contaminés et devront possiblement être restaurés. Toute décision en cette matière s’appuie sur une évaluation de la qualité des sédiments selon une série de critères établis. Dans certains cas où le niveau de contamination est plus élevé, il faut ajouter une évaluation du risque que représentent ces sédiments, autant pour le milieu que pour les humains qui y sont exposés. Or, cette analyse complémentaire nécessite des outils spécifiques (essais de toxicité, étude des communautés benthiques, etc.), que ne décrit pas l’actuel guide d’évaluation d’Environnement et Changement climatique Canada et du ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs du Québec. De plus, il n’existe pas de démarche d’évaluation associée spécifiquement au risque pour la santé humaine. On doit se référer aux critères relatifs aux sols contaminés, dont les caractéristiques physicochimiques sont différentes de celles des sédiments.

Ce projet forme un tout avec deux autres projets sur la gestion des sédiments contaminés. Il vise à élaborer un modèle conceptuel et une démarche standardisée d’évaluation du risque écotoxicologique (première étape) et du risque pour la santé humaine (seconde étape) de projets de restauration. La démarche partira d’une base de données élaborée dans la dernière phase du PASL pour le dépôt des sédiments de dragage en eau libre dans la section fluviale. Elle sera d’abord adaptée aux sites contaminés, puis élargie à la section d’eau saumâtre de l’estuaire ainsi qu’au milieu marin.

Résultats

Une analyse de cas réels a permis de contribuer à la réalisation partielle de la première étape du projet, qui consistait à évaluer le risque écotoxicologique des sites de sédiments contaminés. Les deux cas réels utilisés sont la contamination de la rivière Chaudière à la suite de l’accident ferroviaire de Lac-Mégantic et l’élaboration d’une démarche d’évaluation pour les projets de transfert d’installations portuaires. Cette première étape sera finalisée au cours de la phase 2016-2021 du PASL. La seconde étape s’est amorcée en parallèle et porte sur la conception d’outils d’évaluation des risques des sédiments contaminés pour la santé humaine. Elle sera également complétée pendant la phase 2016-2021.

Ministères participants

Gouvernement du Canada

  • Environnement et Changement climatique Canada
  • Santé Canada
  • Travaux publics et Services gouvernementaux Canada

Gouvernement du Québec

  • Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques