Évaluer les risques à l’environnement et à la santé attribuables aux effluents urbains dans la région de Québec

Contexte et description du projet

Québec et Lévis utilisent largement le fleuve : à la fois pour l’eau potable et pour des activités récréatives. Mais les deux villes y rejettent aussi leurs eaux usées, après les avoir traitées. De plus, à cette hauteur, le Saint-Laurent reçoit les rejets de plusieurs autres petites municipalités sises en amont et sur les rivières Saint-Charles et Chaudière. Enfin, pour ajouter à la complexité du dossier, les marées viennent inverser le courant deux fois par jour, ce qui a pour effet d’accumuler et de concentrer les eaux usées dans les secteurs des émissaires, en plus de les transporter alternativement vers l’amont et vers l’aval.

Le projet consiste à mettre sur pied une équipe pour évaluer les risques que représentent ces effluents pour l’écosystème et pour la santé humaine. Dans une première phase, on constituera cette équipe multiexpertise, où seront représentées les différences instances concernées, et on élaborera le projet en tenant compte de tous les aspects, dont le montage financier. Selon le financement obtenu, la seconde phase verra la réalisation du projet proprement dit. On étudiera l’efficacité des systèmes de traitement et on évaluera les effets toxiques des effluents sur la faune aquatique, la faune piscivore (mammifères et oiseaux) et les humains.  

Résultats

La première étape du projet, qui consistait à mettre sur pied une équipe constituée de plusieurs experts et à trouver une source de financement, a été réalisée. Financé par le Réseau canadien de l'eau, ce projet a permis d’obtenir des résultats préliminaires sur les effluents urbains de la région de Québec. Ils permettront d'appuyer le choix des objectifs à mettre de l'avant lors de la phase 2016-2021. Les résultats des analyses effectuées en laboratoire serviront de base pour évaluer le risque associé aux effluents.

Des articles scientifiques sont en cours de rédaction. Ils porteront sur la mesure des contaminants présents dans cet effluent, qui peuvent engendrer des perturbations endocriniennes (hormonales), et sur les effets mesurés chez les poissons.

Ministères participants

Gouvernement du Canada

  • Environnement et Changement climatique Canada

Gouvernement du Québec

  • Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques
  • Ministère de la Santé et des Services sociaux/Institut national de santé publique du Québec