Monitoring de la qualité des eaux marines dans les secteurs coquilliers

Pictogramme Salubrité des eaux coquillières

Version imprimable (PDF)

Problématique

Le principal rôle du programme Monitoring de la qualité des eaux marines (MQEM) d’Environnement Canada est d’évaluer les conditions sanitaires dans les secteurs de cueillette et d’élevage de mollusques bivalves. Pour ce faire, Environnement Canada effectue des relevés sanitaires en rive et mesure les niveaux de coliformes fécaux dans les eaux de croissance des mollusques en vue d’appuyer le Programme canadien de contrôle de la salubrité des mollusques (PCCSM).

Lorsque l’eau d’un banc coquillier est contaminée par des coliformes fécaux, les mollusques bivalves qui y vivent les absorbent et les concentrent. Ces bactéries n’affectent pas la survie ou la croissance des mollusques, mais peuvent les rendre impropres à la consommation humaine étant donné leur étroite association avec les virus pathogènes et les bactéries présentes dans les eaux usées. La classification des secteurs coquilliers en fonction de leur condition sanitaire permet d’assurer la protection de la santé des consommateurs. Les coliformes fécaux sont des organismes indicateurs qui permettent de déceler la présence d’eaux usées et de fèces, et servent donc d’indicateurs des conditions insalubres du milieu aquatique. Par conséquent, les informations colligées par le MQEM peuvent aussi servir à montrer l’évolution de la salubrité des eaux en rive dans l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent.

Ces informations incluent la localisation des bancs de mollusques, la teneur de l’eau du secteur en coliformes fécaux et les sources de pollution.

 

© Martin Rodrigue

 Photo : Martin Rodrigue © Environnement et Changement climatique Canada

Les principales sources de pollution trouvées à proximité des secteurs coquilliers et des installations maricoles sont ponctuelles ou diffuses. Les sources ponctuelles incluent les émissaires et les points de débordement des stations de pompage des usines de traitement des eaux usées (UTEU) des municipalités, les rejets des égouts pluviaux et les rejets industriels. Les sources diffuses incluent les habitations isolées dont les installations sanitaires sont désuètes, le ruissellement provenant des zones agricoles et des fermes d’élevage, les marinas, les ports de pêche, les activités de navigation, les colonies d’oiseaux ainsi que les mammifères marins (phoques, baleines, etc.).

Haut de la page

Figure 1. Schéma des principales sources de pollution pouvant altérer la qualité des eaux de croissance des mollusques bivalves

Description longue

Le schéma représente les principales sources de pollution ponctuelles ou diffuses que l’on retrouve à proximité des secteurs coquilliers et des installations maricoles. Les sources de pollution ponctuelles incluent les émissaires et les points de débordement des stations de pompage des usines de traitement des eaux usées (UTEU) des municipalités, les rejets des égouts pluviaux et les rejets industriels. Les sources de pollution diffuses incluent les résidences isolées dont les installations sanitaires sont désuètes, le ruissellement provenant des zones agricoles et des fermes d’élevage, les marinas, les havres de pêche, les activités de navigation, les colonies d’oiseaux ainsi que la présence de mammifères marins (phoques, baleines…). Ces sources de pollution ainsi que la présence d’algues toxiques peuvent avoir une incidence sur la qualité de l’eau et la classification des secteurs coquilliers.

Les activités de surveillance menées par le MQEM au Québec dans le cadre du PCCSM concernent les zones côtières suivantes (figure 2) :

  • Charlevoix et Haute-Côte-Nord, du cap du Basque de Baie-Sainte-Catherine à la pointe des Monts de Baie-Trinité
  • Moyenne-Côte-Nord, de la pointe des Monts de Baie-Trinité à Pointe-Parent (Natashquan)
  • Basse-Côte-Nord, de Kégaska à Blanc-Sablon
  • Bas-Saint-Laurent, de Notre-Dame-du-Portage au cap Gaspé
  • Gaspésie, du cap Gaspé à la pointe aux Corbeaux près de Miguasha
  • Îles-de-la-Madeleine

Figure 2. Territoire maritime couvert par le MQEM au Québec

Description longue

La figure 2 est une carte représentant l’ensemble des secteurs coquilliers évalués par le MQEM au Québec dans le cadre du PCCSM. Ces secteurs sont localisés dans les zones côtières situées à Charlevoix et en Haute-Côte-Nord, en Moyenne-Côte-Nord, en Basse-Côte-Nord, au Bas-Saint-Laurent, en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine.

 

Figure 3. Nombre de secteurs coquilliers classifiés de 1987 à 2014 par le MQEM au Québec

Description longue

Le graphique illustre le nombre de secteurs coquilliers évalués par le MQEM dans les régions de la Haute-Côte-Nord, de la Moyenne-Côte-Nord, de la Basse-Côte-Nord, des Îles-de-la-Madeleine, du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie de 1987 à 2014. Le nombre de secteurs évalués est passé de 10 en 1987 à 283 en 2014.

Portrait de la situation

Le nombre de secteurs coquilliers évalués par le MQEM au Québec depuis les 27 dernières années est passé de 10 en 1987 à 283 en 2014 (figure 3). Parmi les 133 secteurs ouverts à la cueillette de mollusques, 114 le sont en permanence et 19 le sont pendant une partie de l’année. Par contre, 150 secteurs coquilliers demeurent fermésNotes de bas de page 1 toute l’année à cause d’une contamination bactérienne persistante.

Comme le montre la figure 3, le nombre de secteurs classifiés est passé de 277 à 283 entre 2009 et 2014. Cependant, bien que le nombre de secteurs classifiés ait augmenté, la proportion de secteurs agréés, agréés sous condition et fermés pour l’ensemble du territoire couvert est demeurée constante (figure 4).

 

Figure 4. Pourcentage des secteurs classifiés agréés, agréés sous condition et fermés de 1987 à 2014

Description longue

L’histogramme représente le pourcentage des secteurs coquilliers classifiés agréés, agréés sous condition et fermé au Québec de 1987 à 2014. Bien que le nombre de secteurs classifiés ait augmenté entre 2009 et 2014, la proportion de secteurs agréés, agréés sous condition et fermés est demeurée constante. Globalement, environ 50 % des secteurs évalués sont classifiés agréés ou agréés sous condition, et environ 50 % des secteurs évalués sont fermés à la cueillette de mollusques.

* inclut les recommandations de classification « restreint » et « interdit ».

Afin de tracer un portrait global de la situation actuelle, une cote (A, B ou C) a été attribuée à chacun des secteurs pour différentes sous-régions selon les résultats obtenus lors de leur dernière évaluationNotes de bas de page 2 (figure 5).

© Yves Lamontagne

Photo : Yves Lamontagne © Environnement et Changement climatique Canada

La cote A a été attribuée aux secteurs qui respectaient les critères d’un secteur « agréé ». La cote B a été attribuée aux secteurs qui respectaient les critères d’un secteur « agréé sous condition ». La cote C a été attribuée aux secteurs qui ne répondaient à aucune de ces deux catégories lors de leur dernière évaluation.

La qualité de l’eau et la proportion de secteurs qui respectent les critères d’un secteur agréé ou agréé sous condition est variable selon les régions. Selon les résultats présentés à la figure 5, il est possible de constater que la qualité de l’eau est excellente aux Iles-de-la-Madeleine et en Basse-Côte-Nord et que davantage de contamination bactériologique est observée dans les autres régions.

 

Figure 5. Évaluation de la qualité de l'eau par secteur pour les régions couvertes par le MQEM en 2014

Description longue

Six graphiques en pointe de tarte illustrent le pourcentage de secteurs qui respectent les critères d’un secteur agréé (cote A) ou agréé sous condition (cote B) ainsi que ceux qui ne respectent pas ces deux critères (cote C) pour les régions de la Haute-Côte-Nord, de la Moyenne-Côte-Nord, de la Basse-Côte-Nord, des Îles-de-la-Madeleine, du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie. La qualité de l’eau et la proportion de secteurs qui répondent aux critères d’un secteur agréé ou agréé sous condition est variable selon les régions. Aux Îles-de-la-Madeleine, plus du trois quarts des secteurs évalués respectent les critères d’un secteur agréé ou agréé sous condition et la majorité de ceux-ci respectent les critères d’un secteur agréé. En Basse-Côte-Nord, près des deux tiers des secteurs évalués respectent les critères d’un secteur agréé. Dans les régions de Charlevoix/Haute-Côte-Nord et de la Moyenne-Côte-Nord, environ la moitié des secteurs évalués respectent les critères d’un secteur agréé ou agréé sous condition. En Gaspésie, environ le tiers des secteurs évalués respectent les critères d’un secteur agréé ou agréé sous condition, et les deux tiers des secteurs évalués ne respectent pas ces deux critères. Au Bas-St-Laurent, plus des trois quarts des secteurs évalués ne respectent pas les critères d’un secteur agréé ou agréé sous condition.

Aux Îles-de-la-Madeleine, plus du trois quarts des secteurs évalués respectent les critères d’un secteur agréé ou agréé sous condition et la majorité de ceux-ci respectent les critères d’un secteur agréé. En Basse- Côte-Nord, près des deux tiers des secteurs évalués respectent les critères d’un secteur agréé. Cette région comporte une grande proportion de côte non définie en secteurs, mais dont la qualité de l’eau attendue serait excellente en raison de l’absence de sources de contamination à proximité. Globalement la qualité de l’eau de ces deux régions est excellente. Dans les régions de Charlevoix/Haute-Côte-Nord et de la Moyenne-Côte-Nord, environ la moitié des secteurs évalués respectent les critères d’un secteur agréé ou agréé sous condition. En Gaspésie, environ le tiers des secteurs évalués respectent les critères d’un secteur agréé ou agréé sous condition, et les deux tiers des secteurs évalués ne respectent pas ces deux critères. Au Bas-St-Laurent, plus des trois quarts des secteurs évalués ne respectent pas les critères d’un secteur agréé ou agréé sous condition.

Les eaux côtières sont très vulnérables aux impacts des activités humaines. La contamination bactérienne anthropique y cause toujours la perte d’usages comme la cueillette de myes et de moules. Cette problématique est plus marquée en Gaspésie et au Bas-St-Laurent qu’aux Îles-de-la-Madeleine et le long de la Côte-Nord. La fermeture de ces secteurs est due en grande partie aux municipalités qui ne possèdent pas de systèmes de traitement adéquats de leurs eaux usées ou dont le réseau d’égouts a de nombreux points de débordement, aux habitations munies de fosses septiques et de puisards mal entretenus ou désuets le long des rives et aux activités agricoles.

Depuis 1992, le personnel du MQEM travaille en collaboration avec des partenaires locaux et gouvernementaux afin de redonner accès à près de 53 secteurs fermés dont le potentiel en ressources coquillières est élevé (figure 6). Ces secteurs ont été sélectionnés à titre d’indicateurs afin de mesurer l’évolution de la salubrité des eaux côtières de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent. Parmi ces 53 secteurs prioritaires, 23 sont situés en Gaspésie–Bas-Saint-Laurent, 23 sur la Côte-Nord, et 7 aux Îles-de-la-Madeleine.

Depuis 1992, on a aménagé ou amélioré les usines de traitement des eaux usées (UTEU) de 15 municipalités riveraines, ce qui a eu pour effet d’améliorer grandement la qualité de l’eau des secteurs prioritaires à proximité. Malgré ces efforts, un seul secteur, situé sur la Côte- Nord, a pu être rouvert en 2004. Il est probable que la qualité de l’eau se soit améliorée dans deux autres secteurs de la Côte-Nord suite à la construction et la mise en opération d’une UTEU (traitement secondaire) à Portneuf-sur-Mer en 2011. Dans la baie de Gaspé, des efforts sont réalisés en continu afin d’améliorer l’UTEU en place. De plus, deux secteurs ont pu être rouverts aux Îles-de-la-Madeleine en 2005 et 2007 après correction de systèmes privés de traitement des eaux usées. Les débordements des réseaux municipaux d’eaux usées et les charges de contaminants provenant de fosses septiques et de puisards mal entretenus de résidences isolées représentent toujours des sources de contamination importantes qui restreignent la cueillette de mollusques sur les côtes du Québec. À long terme, une amélioration de la qualité de l’eau pourrait être observée avec la mise en oeuvre du Règlement sur les ouvrages municipaux d’assainissement des eaux usées de la Loi sur la qualité de l’environnement et du Règlement sur les effluents des systèmes d’assainissement des eaux usées de la Loi sur les pêches, qui favoriseraient l’implantation et l’amélioration des UTEU.

 

Figure 6. Localisation des 53 secteurs coquilliers fermés jugés prioritaires pour la réouverture à la cueillette des mollusques

Description longue

La figure est une carte du Québec représentant les 53 secteurs coquilliers fermés jugés prioritaires pour la réouverture à la cueillette de mollusques. Parmi ces 53 secteurs prioritaires, 23 sont situés en Gaspésie–Bas-Saint-Laurent, 23 sur la Côte-Nord, et 7 aux Îles-de-la- Madeleine.

Haut de la page

Perspectives

Le PCCSM est un programme fédéral mené par l’Agence canadienne d’inspection des aliments en collaboration avec Pêches et Océans Canada et Environnement Canada. Son objectif est de donner une assurance raisonnable que les mollusques récoltés à des fins de consommation constituent des aliments sains.

L’Agence canadienne d’inspection des aliments assume un rôle directeur dans l’administration du PCCSM et fait la liaison avec les gouvernements étrangers sur les questions relatives à la salubrité des mollusques. Elle contrôle la qualité des mollusques destinés à l’exportation ou à l’importation. Elle fait aussi un suivi des biotoxines marines présentes dans la chair des mollusques et recommande l’ouverture ou la fermeture des secteurs coquilliers à Pêches et Océans Canada.

Le rôle d’Environnement et Changement climatique Canada consiste à effectuer des relevés sanitaires afin de faire l’inventaire des sources de pollution et d’évaluer la qualité bactérienne de l’eau des secteurs coquilliers. Environnement Canada émet des recommandations de classification de ces secteurs à Pêches et Océans Canada.

Pêches et Océans Canada est l’autorité légale qui décide de l’ouverture et de la fermeture des secteurs coquilliers en vertu de la Loi sur les pêches, et ce ministère effectue également la surveillance des secteurs fermés.

Afin d’améliorer la diffusion de l’information générée par le PCCSM, les partenaires de ce programme ont inauguré en 2004 un site Internet qui contient une carte interactive permettant de connaître en temps réel la classification des secteurs coquilliers au Québec.

 

© Yves Lamontagne

Photo : Yves Lamontagne © Environnement et Changement climatique Canada

Haut de la page

Mesures-clés

Les secteurs coquilliers peuvent être classifiés « agréé », « agréé sous condition », « restreint », « restreint sous condition » et « interdit » par Environnement Canada. Cette classification est basée sur la qualité bactériologique de l’eau du secteur coquillier et la présence de sources de pollution réelles ou potentielles. Pour qu’un secteur soit classifié « agréé » pour la cueillette, il doit répondre aux exigences suivantes :

  1. Le secteur ne doit pas être contaminé par des matières fécales ou par des substances délétères et toxiques au point que la consommation des mollusques de ce secteur pourrait s’avérer dangereuse.
  2. La valeur médiane à chaque station d’échantillonnage ne doit pas dépasser 14 coliformes fécaux par 100 ml d’eau.
  3. Les valeurs de plus de 43 coliformes fécaux par 100 ml ne doivent pas constituer plus de 10 % des valeurs obtenues à chaque station d’échantillonnage.

Lorsque ces normes ne sont pas respectées, le secteur est classifié « restreint » ou « interdit ». Il arrive toutefois qu’un secteur ne soit fermé à la cueillette que pour une période déterminée durant laquelle la pollution augmente (lors d’épisodes de pluie abondante ou en été, à proximité des terrains de camping, des petites exploitations agricoles, des fermes d’élevage de bovins, etc.); le secteur reçoit alors la classification « agréé sous condition » ou « restreint sous condition », dépendamment du niveau de contamination.

 

Haut de la page

Programme : Suivi de l’état du Saint-Laurent

Cinq partenaires gouvernementaux – Environnement Canada, Pêches et Océans Canada, Parcs Canada, le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques du Québec et le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec – et Stratégies Saint-Laurent, un organisme non gouvernemental actif auprès des collectivités riveraines, mettent en commun leur expertise et leurs efforts pour rendre compte à la population de l’état et de l’évolution à long terme du Saint-Laurent.

Pour ce faire, des indicateurs environnementaux ont été élaborés à partir des données recueillies dans le cadre des activités de suivi environnemental que chaque organisme poursuit au fil des ans. Ces activités touchent les principales composantes de l’environnement que sont l’eau, les sédiments, les ressources biologiques, les usages et les rives.

Haut de la page

Pour en savoir plus

Agence canadienne d'inspection des aliments. 2014. Site Internet du Programme canadien de contrôle de la salubrité des mollusques.

Environnement Canada. 2014. Site Internet du Programme de surveillance de la qualité des eaux marines

Gouvernement du Canada. 2012. Site Internet du Programme canadien de contrôle de la salubrité des mollusques pour le grand public.

Gouvernement du Canada. 2004. Cueillir des mollusques au Québec. Pêches et Océans Canada, Environnement Canada et Agence canadienne d’inspection des aliments. Dépliant.

Sénéchal, J. 2011. Le monitoring de la qualité des eaux marines dans les secteurs coquilliers. Fiche du Programme de Suivi de l’état su Saint-Laurent.(PDF; 1.57 MB)

© Julie Savaria

Photo : Julie Savaria © Environnement et Changement climatique Canada

Rédaction:

Jacques Sénéchal

Monitoring de la qualité des eaux marines, Surveillance de la qualité de l’eau, Direction générale des sciences et de la technologie, Environnement et Changement climatique Canada

Certains pictogrammes du document sont une gracieuseté du site Integration and Application Network, Université du Maryland Center for Environmental Science (ian.umces.edu/symbols/).

 

Notes de bas de page

 

Notes de bas de page 1

Inclut les recommandations de classification « restreint » et « interdit ».

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Notes de bas de page 2

Il est à noter que ces regroupements ne reflètent par les recommandations de classification officielles d’Environnement Canada et ne peuvent être utilisées que dans le contexte du Programme de suivi de l’état du St-Laurent. En effet, certains secteurs qui sont recommandés interdits à la cueillette pour conservation de la ressource ou pour absence de suivi par Environnement Canada mais dont la qualité de l’eau respectait les critères d’un secteur agrée ou agréé sous condition lors de leur dernière évaluation ont été regroupés sous les catégories A ou B respectivement.

Retour à la référence de la note de bas de page 2