Mot de Fermeture

Patricia Robitaille, ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs, et Hélène Bouchard, Environnement Canada

Les carrousels ont permis d’illustrer la contribution des organismes communautaires dans le suivi des indicateurs environnementaux, la sensibilisation des citoyens, ainsi que les actions sur le terrain. Ils ont mis en lumière l’importance de la communication des résultats et du lien à faire avec les objectifs visés.

L’Observatoire global du Saint‐Laurent et Québec‐Océan ont fait ressortir l’importance de la communication de résultats aux collectivités et surtout la nécessité de bien connaître les besoins des clientèles visées. Une panoplie de moyens peut être utilisée comme les sites Internet, les bulletins d’informations ou les forums. Le défi est de trouver le meilleur moyen pour partager l’information. Afin de bien rejoindre les différentes clientèles dans la communauté, il semble opportun d’avoir une vision holistique de l’état du Saint‐Laurent.

Le lien entre les activités de recherche et de suivi est primordial. La recherche peut aider les gens du suivi environnemental à identifier des contaminants futurs et les gens du suivi peuvent signaler des changements dans les tendances qui nécessiteraient une attention particulière sur le plan de la recherche. Il faut suivre une approche écosystémique, tout comme il est important de communiquer les enjeux de même que les risques. On comprend donc la pertinence de coupler des activités de suivi à long terme (systématique sur longue durée) et des activités de suivi à court terme, mais de façon plus concentrée dans le temps ou l’espace.

L’année 2014 sera marquée par le dépôt du portrait global de l’état du Saint‐Laurent. Le prochain Rendez‐vous Saint‐Laurent, lui, est prévu en 2015.

Mot de fermeture par Patricia Robitaille