Application des technologies d’observation de la Terre (TOT) à la validation des données d’inventaire des sites, des usages et d’achalandage des sites d’accès publics

Contexte et description du projet

L’un des objectifs du PASL est de favoriser l’accès du public aux rives du Saint-Laurent, tant dans le couloir fluvial que dans l’estuaire et le golfe. De nombreux travaux d’aménagement et de restauration de sites et d’équipements ont été réalisés depuis plusieurs années dans le but de faciliter cet accès. Un répertoire des accès publics au Saint-Laurent a d'ailleurs été produit à partir de bases de données et d’une cartographie préliminaire. Mais il sera nécessaire de mettre à jour les inventaires des sites d’accès et des usages qu’on en fait réellement.

Pour ce faire, l’un des moyens envisagés pourrait provenir des technologies d’observation de la terre (OT). La télédétection par satellites est utilisée dans les sphères d’activités les plus diverses. Elle pourrait vraisemblablement être utile pour réaliser l’objectif du PASL de redonner l’usage des rives à la population. Ce projet vise donc à démontrer l’applicabilité des technologies d’OT pour valider les inventaires de sites d’accès aux rives, ainsi que les usages qu’on en fait et, si possible, l’achalandage lié à ces accès, qu’il s’agisse de quais ou de sites d’interprétation.

Résultats

Dans le but de mettre à jour les sites d’accès aux rives du fleuve Saint-Laurent et de les valoriser, deux grands projets ont été mis en œuvre. Le premier a porté sur l’application des technologies d’observation de la Terre (TOT) aux sites d’accès au fleuve dans les secteurs du lac Saint-Louis et de la région métropolitaine de Québec. Des images satellites combinées à des ressources Web ont été utilisées pour augmenter la précision de la localisation des sites d’accès au fleuve et pour réduire le travail à réaliser sur le terrain.

Le deuxième projet s’est penché sur l’élaboration d’une façon de faire très précise, appelée « protocole opérationnel pouvant permettre d’utiliser les TOT », afin de mettre à jour l’inventaire des sites d’accès public au Saint-Laurent. Grâce à ce protocole, il a été possible de bonifier la base de données de 20 à 36 % selon les secteurs à l’étude, notamment en intégrant des sites qui n’étaient pas encore répertoriés. Voici un bel exemple de gain en efficacité occasionné par l’utilisation des TOT!

Ministères participants

Gouvernement du Canada

  • Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
  • Agence spatiale canadienne
  • Pêches et Océans Canada

Gouvernement du Québec

  • Ministère du Tourisme
  • Ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire
  • Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques